[Vidéo] Aquiris améliore le processus d'épuration de l'eau

La capacité augmente de 12%
Recherche & Analyse
|
5 septembre 2017

 Aquiris – une station d'épuration d'eau établie à Bruxelles – a réussi, en collaboration avec Air Liquide, à augmenter de 12 % la capacité de ses installations d'épuration. 

La croissance de la population exige des capacités supplémentaires en eau

«La station d'épuration d'eau Aquiris a été conçue et construite pour traiter les eaux usées de 1,1 million de Bruxellois», explique Bernard Lambrey, directeur technique chez Aquiris. «Mais comme la croissance de la population était supérieure à ce qui était prévu, nous avions atteint notre capacité maximale. Nous pouvions résoudre ce problème de deux manières : en construisant une installation supplémentaire ou en améliorant de façon significative la capacité d'épuration de l'installation existante. Nous avons pris contact avec Air Liquide pour examiner les possibilités qu’offrait la deuxième solution.»

Nexelia pour le traitement biologique

Sous l'appellation «Nexelia», Air Liquide développe des solutions globales qui combinent la livraison de gaz industriels à une expertise et une technologie spécifiques. L'une de ces solutions - Nexelia for Biological Treatment - a été développée pour traiter les eaux usées. À cette fin, on ajoute de l'ozone (O3) ou de l'oxygène pur (O2) aux eaux usées à l’aide d'injecteurs de gaz spécifiques.

«Dans une station d'épuration d'eau, les eaux usées sont d'abord mélangées à de la boue activée (biomasse)», explique Rudy Lamond, Growth Leader Water Treatment & Gas in Liquid Applications chez Air Liquide. «La boue dissout la pollution et augmente de volume. Dans une deuxième phase, la boue est séparée de l'eau par gravité ou par le biais de membranes ; l'eau est alors purifiée et peut être à nouveau déversée.»  

«Étant donné que le processus de développement de la boue n'était pas optimal dans la station d'Aquiris, nous avons décidé d'injecter des quantités d'ozone dosées avec précision. De cette manière, nous avons pu améliorer la qualité sanitaire – et donc le processus de développement – de la boue. L'ozone est une molécule fortement oxydante qui décompose l'excès de bactéries filamenteuses* de façon à rétablir l'équilibre avec les bactéries floculantes**. Il en a résulté une meilleure capacité de décantation, de sorte qu'une plus grande concentration de boue a pu être effectuée. Le résultat final est un accroissement de la capacité de traitement de la station, et ce, sans augmentation de l'empreinte écologique. Dans le cas d'Aquiris, cette approche durable a permis de réaliser une augmentation de capacité de 12 %.»

La capacité augmente plus que prévu

Aquiris fait partie du groupe Veolia et est l'une des plus grandes stations d'épuration d'eau du Benelux. En outre, le centre d'innovation du groupe est également établi chez Aquiris. Par conséquent, nous disposons de la station la plus à la pointe du groupe. Tout cela pour dire qu'il n'est pas inhabituel qu'une nouvelle technologie soit testée chez nous », déclare Bernard Lambrey.

«Nous avions pris comme point de départ une augmentation de 10 % - qu'Air Liquide nous avait également promise -, mais le résultat final a dépassé nos attentes. Il va de soi que nous sommes particulièrement ravis de ce résultat, parce que les coûts sont sans commune mesure avec les investissements que nous aurions dû effectuer dans de nouvelles installations ou une nouvelle usine.»
 

Des poissons dans l'eau

«Aujourd'hui, la qualité de notre épuration est meilleure que ce qu'exigent les normes, ce dont nous sommes très fiers. L'eau que nous épurons se déverse dans une rivière où de nombreux poissons nagent à nouveau. C'est révélateur.»

«Nous avons conclu un contrat de longue durée avec Air Liquide, de sorte que nous pouvons également appliquer cette nouvelle technologie sur deux autres sites en Chine. En tout cas, notre collaboration avec Air Liquide se déroule parfaitement bien. Nous considérons l'entreprise comme un partenaire plutôt que comme un simple fournisseur. Le fait est que leur solution, combinée à notre expertise, a donné des résultats impressionnants
 

*bactéries filamenteuses: forment des réseaux de filaments qui perturbent le processus de décantation

**bactéries floculantes: s'agglomèrent les unes aux autres pour former de plus grosses particules appelées "flocs", lesquels sont plus faciles à traiter.

Plus d'information sur le traitement biologique des eaux et Nexelia

Prenez contact avec notre spécialiste en traitement des eaux, Rudy Lamond ✉ rudy.lamond@airliquide.com

Partagez